SLiCA

www.arcticlivingconditions.org

L’Enquête sur les conditions de vie dans l’Arctique, SLiCA (Survey of Living Conditions in the Arctic) est un projet d’envergure internationale concernant les conditions de vie objectives et subjectives des peuples Inuit, Saami et Chukchi. Lancé en 1997 à l’initiative du bureau de la statistique du Groenland, le projet a regroupé des chercheurs et associations autochtones d’autres régions arctiques : l’Alaska, le nord de la Norvège, de la Suède et de la Finlande, le Nord-Ouest et l’Extrême-Orient de la Fédération de Russie. Le projet a été lancé au Canada en 1998 sous la direction du professeur Gérard Duhaime, avec l’étroite collaboration des organisations inuit nationale et régionales, du professeure Heather Myers de l’University of Northern British Columbia, et grâce à l’appui financier soutenu du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

L’Enquête SLiCA est basée sur un questionnaire international, adapté aux spécificités de chacune des régions participantes. À la demande des organisations inuit canadiennes, et grâce à l’ouverture de Statistique Canada, le questionnaire canadien a été entièrement inséré dans l’Enquête sur les Peuples autochtones, dont il formait le Supplément arctique dès 2001. Ainsi le Canada est-il devenu le premier pays participant à l’Enquête SLiCA à obtenir des résultats, le seul disposant d’un aussi vaste échantillon probabiliste; l’Enquête ayant été reprise en 2006 par Statistique Canada, le Canada est également le seul pays participant à disposer d’au moins deux ensembles de données rigoureusement comparables.

L’Enquête SLiCA cherchait à mesurer les conditions objectives, mais aussi les conditions subjectives de vie des peuples concernés notamment afin de résoudre l’énigme apparente de leur volonté à demeurer dans leurs contrées malgré des conditions matérielles parfois très difficiles. L’Enquête a ainsi donné lieu à des avancées théoriques et méthodologiques, en plus d’améliorer la compréhension empirique de la vie dans l’Arctique.
 

ACTUALITÉS

CONFÉRENCE D'ÉTIENNE CANTIN À L'ACFAS
Lors du congrès de l'ACFAS, tenu du 27 au 31 mai dernier à l'Université du Québec en Outaouais, Étienne Cantin, étudiant au doctorat en sociologie et membre de la chaire, a donné une conférence intitulée " Les stratégies d'adaptation comme mise à distance du stigmate de la pauvreté". Le résumé de la conférence peut être consulté ici


PRÉSENCE DE LA CHAIRE AU COLLOQUE ÉTUDIANT DU CÉLAT
Le 9 mai dernier, le CÉLAT a tenu son Colloque interuniversitaire étudiant sous le thème Nature, Technique, Culture. Laïsa Pivert, étudiante au doctorat de la chaire, a pu y faire une présentation ramenant la culture à son rôle fondamental, à savoir un mode de régulation de nos pratiques et un mode de reproduction de la société. 


BIBLIOGRAPHIE SUR LES AÎNÉS DU NUNAVIK
Ce document de référence, réalisé à la demande de l'Administration régionale Kativik (ARK), couvre les annnées 1992 à 2012. Il contient de nombreuses références sur la santé, l'éducation, la culture, le savoir traditionnel, etc. Il contient aussi des résumés ou des notes explicatives sur les ouvrages cités. Il peut être consulté ici. 


LA CHRONIQUE RADIO TEUEIKANISS: DÉCOUVRIR LA LANGUE ET LA CULTURE INNUE
Le 30 mai prochain, dans le cadre de l'ACFAS, Nadine Boucher, une étudiante au doctorat de la chaire, présentera une chronique radio qu’elle a initiée en 2018 sur les ondes de CKRL (89,1) à Québec. Nommée Teueikaniss (« petit tambour » en langue innue), cette chronique permet de faire connaître davantage la langue et la culture innue à la population allochtone. Le résumé de la conférence est disponible ici. 


STAGE POSTDOCTORAL
La Chaire de recherche du Canada sur la condition autochtone comparée offre un stage postdoctoral dans le domaine des statistiques sociales appliquées à l’Arctique circumpolaire. En collaboration avec le titulaire de la chaire, la boursière ou le boursier devra réaliser une recherche concernant la distribution de la richesse dans les régions arctiques. Le stage est d’une durée minimale et maximale de 12 à 18 mois, débutant au plus tard le premier septembre 2019. De plus amples informations sont disponibles en français ou en anglais.